Des ascendants très proches

Dès mes premières recherches je savais que certains couples d’ascendants s’étaient mariés entre cousins d’un degré plus ou moins éloigné. Il s’agissait pour moi d’une coloration particulière de mon arbre.

On parle de consanguinité dans le droit canonique, mais en étudiant plus précisément les notions de généalogie, j’ai découvert que retrouver un même ancêtre à plusieurs endroits d’un arbre porte un nom : c’est un implexe. Cela a pour effet de limiter le nombre d’ascendants réels puisque ceux-ci sont répétés.

De nombreux implexes chez les Collin

Jean François Collin, dit « François » probablement pour le différencier de son père, et Marie Jeanne Hélary se marient en janvier 1841 et ont 4 enfants : François Marie (né en 1841), Pierre Marie (1842), Jeanne Marie Félicitée (1845, décédée à l’âge de 14 mois) et Yves Marie (1847, décédé après 14 jours)¹. Seuls survivent donc François Marie et Pierre Marie.

François Marie épouse Philomène Le Breton en 1870. Ils ont 8 enfants dont Joseph né en 1881 (au passage son nom de famille n’est plus Collin mais Colin … mais ça c’est une autre histoire…) qui épouse Anna Michel en 1908. De cette union naissent 7 enfants dont Jean Gilbert en 1922.

1869 COLLIN HERY MPierre Marie, de son côté, épouse Anne Marie Héry en 1869. La relation entre les 2 époux n’est pas mentionnée sur l’acte de mariage civil. Il faut donc compléter les recherches par les actes religieux, sources de nouvelles informations. Très honnêtement j’y suis allée par hasard, cherchant l’acte de baptême d’un collatéral.

Quelle surprise ! Sur l’acte de mariage catholique est mentionnée une dispense de bans et de consanguinité du 4ème au 4ème degré². Pierre Marie et Anne Marie sont donc cousins au 4ème degré. Comme quoi le hasard d’une recherche fait bien les choses…

Après des recherches sur toutes les branches possibles, les dossiers de demande de dispense n’ayant malheureusement pas été conservés à l’évêché, il s’avère que :

  • en 1734 Alexis Le Cornec épouse Marie Hamon. De cette union naît un garçon Pierre qui a lui même un fils Alexis, père de Marie Rose, la mère d’Anne Marie Héry.
  • en 1744 le même Alexis Le Cornec, veuf, épouse Julienne Richard et a une fille Antoinette qui a elle même une fille Marie Louise, mère de Jean François, le père de Pierre Marie Collin.

Pierre Marie et Anne Marie ont 8 enfants entre 1869 et 1882 dont Alexandre Marie et Jean Marie :

  • Alexandre épouse en 1897 Elizabeth Le Gal. Une fille naît de cette union en 1899, Elizabeth Alexandrine.
  • Jean Marie épouse en 1902 Marie Lucie Guillo. Ils ont 2 enfants dont Jean François Lucien la même année.

Elizabeth Alexandrine et Jean François Lucien, cousins germains, se marient en 1924 sans qu’aucune mention particulière ne soit faite sur leur acte de mariage civil. Une dispense de consanguinité est cependant délivrée par l’évêché parisien³ pour leur mariage religieux. De cette union naît en 1925 une fille, Paulette.

Un clin d’oeil

En 1946, Paulette, arrière-arrière-petite-fille de Jean François et Marie Jeanne épouse Jean Gilbert, leur arrière-petit-fils. De cette union naissent trois enfants : le premier porte le prénom de François, comme un clin d’oeil à son aïeul.

 

Sur une même branche, à quelques générations d’intervalles on retrouve donc 3 mariages entre cousins plus ou moins éloignés. On pourrait calculer le taux d’implexe mais encore pour cela faudrait-il avoir finaliser toutes les générations jusqu’à Alexis Le Cornec, ce qui n’est pas encore le cas…
Arbre généalogique simplifié

Déjà petite j’avais entendu parlé des mariages de mes grands-parents Paulette et Jean et arrière grands-parents Elizabeth et Jean François mais le mariage 4 à 4 de Pierre Marie et Anne Marie Héry est pour moi une découverte très récente. Mes aïeux avaient-ils connaissance de tous ces liens ? Rien n’est moins sûr…

Dans la branche Le Gall je n’ai à ce jour pas retrouvé d’implexe. Toutefois, j’ai réussi à lier les branches Collin et Le Gall par 2 soeurs qui ont épousé 2 frères il y a longtemps… mais ça c’est une autre histoire…

 

Sources

¹AD22, Registres d’Etat Civil et Registres paroissiaux, Commune de Tréveneuc et de St Quay Portrieux.

²Maison paroissiale d’Étables, Registre des mariages, Paroisse de Tréveneuc, 1869.

³Archives diocésaines de Paris, Registre de dispenses de consanguinité, 1924.

3 réflexions sur “Des ascendants très proches

  1. C’est assez fréquent, pour moi du côté du Bodéo une brancheGarnier qui avait du bien ,ils y a des dispenses très nombreuses, il ne fallait pas que les terres soient dispersées

    J'aime

    • En effet c’est courant lorsqu’il y a des biens mais dans les cas présents je ne pense pas qu’il s’agisse de cela. Je n’ai pour le moment rien trouvé de tel en tous cas.
      En regardant les dates de naissance des enfants je pense qu’il s’agit ici plutôt de mariages d’amour :
      – le premier enfant de Pierre et Anne Marie naît le 29 novembre alors qu’ils se sont mariés le 3 avril, soit 8 mois après
      – le premier enfant de Paulette et Jean naît le 8 mai alors que le mariage date du 19 février, soit 2,5 mois après, mariage qui a d’ailleurs eu lieu tout juste 3 jours après la majorité de Paulette…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s